Malley-Gazomètre

Présentation

Ce plan de quartier intercommunal Malle-Gazomètre comprendra des logements et des installations d’intérêts publiques (une école, une garderie et un théâtre). Il viendra compléter l’ensemble.

Le dossier de ce plan de quartier, son étude d’impact sur l’environnement et son dossier de défrichement ont été validés le 10 juillet 2017 et envoyés au Canton pour examen préalable.

  • L’ensemble des remarques des services cantonaux ont été traitées et les modifications validées par le comité de direction de la Fabrique de Malley en août 2018. Les principales modifications apportées sont les suivantes :
  • Réduction de la surface de plancher déterminante (SPd) maximale de 5% à 108’125 mètres carrés, en sachant que la capacité constructive cible de 113’200 mètres carrés pourra être atteinte grâce au bonus prévu par la loi sur l’énergie
  • Description du programme maximal prévu pour les installations (para) publiques situées sur l’aire E de 6’600 mètres carrés de SPd
  • Inclusion d’un article relatif aux quotas de logements d’utilité publique (LUP) suite à l’entrée en vigueur de la nouvelle loi sur la préservation et la promotion du parc locatif (LPPPL), fixant un quota de 50 % de LUP sur le total des SPd destinées à l’habitation dont 50 % constitué de logements à loyer abordable
  • Limitation du nombre de places de stationnement
  • Renforcement de la protection contre les accidents majeurs et contre le rayonnement non ionisant
  • Renforcement des mesures pour traiter la pollution du sous-sol

Les représentants des communes et des propriétaires ont donné leur accord pour envoi des dossiers au Canton pour l’ultime contrôle avant leur mise à l’enquête. Les dossiers peuvent être soumis à l’enquête publique pour trente jours, du 20 novembre au 19 décembre 2018. Une soirée d’information publique est prévue.

Gestion du site pollué

Par rapport à la gestion du site pollué, la Direction générale de l’environnement (DGE) a confirmé que les études réalisées à ce stade sont suffisantes pour la procédure de plan de quartier.

Cependant, elle demande à la Ville de Lausanne, détenteur du site et seul responsable d’exécuter les mesures exigées par l’ordonnance sur l’assainissement des sites pollués, de poursuivre avec les études et investigations. Des mesures spéciales ont été identifiées et inscrites dans le rapport de l’étude d’impact sur l’environnement qui accompagne le plan de quartier.

Dans une première étape, la DGE demande de clarifier le statut du site (site nécessitant une surveillance ou un assainissement) le plus en amont possible des procédures d’autorisation de construire, en raison des incertitudes liées à la migration des polluants dans la partie sud et sud-est de la parcelle no. 797 sur Renens. Dans une deuxième étape, la DGE demande de définir les conditions cadre pour la réalisation des futurs projets de construction, en élaborant un concept global qui tient compte de l’ensemble des projets et en identifiant les mesures constructives adéquates à chaque projet.

La clarification du statut du site pourrait engendrer un décalage du calendrier général de réalisation de Malley de trois ans.

Défrichement partiel sur Renens

La procédure connexe de la loi sur les forêts de défrichement partiel de l’aire forestière située à Renens dans le périmètre du plan de quartier doit se dérouler simultanément à la procédure de la loi sur l’aménagement du territoire et les constructions.

En août 2018, suite aux compléments d’information apportés au dossier de défrichement, l’Inspection des forêts, après discussion avec la Section de conservation des forêts, a préavisé favorablement la demande défrichement telle que présentée dans le dossier de consultation préalable.

Le changement du statut du sol sera compensé mètre par mètre dans le périmètre du plan de quartier en créant un espace vert tampon entre la forêt et le futur parc public. Le maintien des arbres existant ne faisant plus partie de l’aire forestière pourra être exigé au futur projet de construction de l’aire E (école).

Maisons ouvrières sur Renens

La section des monuments et sites du SIPAL demande le maintien et la protection des trois maisons ouvrières sises à Renens, le long de l’avenue de Longemalle qui ont reçu une note 4+ au recensement architectural du canton, et de leurs jardins potagers à l’inventaire de l’ICOMOS. Leur maintien est tout-à-fait possible car le plan de quartier ne prévoit pas leur démolition.